Archives mensuelles : avril 2016

reportage photo du week-end Plantes Comestibles

Le long de la rivière du Goul
Le long de la rivière du Goul
La météo est un peu fraiche ce matin!
La météo est un peu fraiche ce matin!
la végétation des berges nous offre ses trésors
la végétation nous offre des trésors
ce muret est un étalage de salades sauvages
ce muret est un étalage de salades sauvages
nous remplissons nos paniers
nous remplissons nos paniers
la cardamine des prés illumine les prés humides
la cardamine des prés illumine les prés humides
Gouet-ou-oseille
A votre avis : laquelle des deux feuilles est comestible ?
sur le chemin creux vers le plateau de Badailhac
sur le chemin creux vers le plateau de Badailhac
une lampsane bien tendre ajoutée au panier
une lampsane bien tendre ajoutée au panier
à la recherche du panais sauvage
à la recherche du panais sauvage
le panais sauvage
les feuilles du panais sauvage ont un parfum exquis…
les récoltes sont mises au frais au retour de la balade
les récoltes sont mises au frais au retour de la balade
Dominique
De l’application pour tartiner le pesto sur du bon pain de seigle
toute l'équipe aux fourneaux!
toute l’équipe aux fourneaux!
Apero-tapas-sauvages
En entrée, pesto et mesclun d’herbes sauvages
dips de crudités et brocolis sauvages
dips de crudités et brocolis sauvages
les herbes sont mises à toutes les sauces
les herbes à toutes les sauces
chausson-egopode-podagraire
délice du régime crétois : le chausson garni aux herbes sauvages et au chèvre!
le clou du repas, c'est le dessert... crème de primevère aux violettes
le dessert se déguste d’abord avec les yeux : crème de primevère aux violettes
Bon appétit!
Bon appétit!

Merci à Jean-Marc et Christèle d’avoir capté quelques moments du week-end du 22-23 avril 2016 : paysages printaniers, recettes gourmandes et balades rafraichissantes  ont marqué ce stage très convivial.

 

Les faux frères : le gouet et l’oseille

Au début du printemps, les jeunes feuilles d’oseille sauvage (Rumex acetosa) ressemblent fortement au feuillage du gouet (Arum maculatum) qui émerge du sol à la même période. Les deux espèces ont également des oreillettes pointues qui donne à leurs feuilles la forme d’une hallebarde. Alors que l’oseille sauvage est comestible, le gouet est toxique

Une affaire de famille :

Rumex acetosa
Rumex acetosa

L’oseille sauvage appartient à la famille des oseilles cultivées, des épinards et autre arroche de nos potagers. Les oseilles sauvages contiennent de l’acide oxalique qui peut entrainer la formation de calculs rénaux si elle est consommée en excès.Il faut éviter d’en manger tous les jours. Ne soyez donc pas trop gourmand si vous aimez la soupe à l’oseille!

 

 

Arum-maculatum-fk
Arum maculatum

Le Gouet est apparenté aux Aracées, la famille des Arum, utilisée principalement en ornement dans les jardins et par les fleuristes pour les bouquets. Les arums contiennent des raphides d’oxalate de calcium qui sont très irritantes et rubéfiantes pour les muqueuses dès la première bouchée. Attention aussi au contact avec les yeux!

Pour en savoir plus sur la toxicité du gouet.

 

Comment distinguer les feuilles de l’oseille et du gouet ?

Lorsque le gouet se développe, ses feuilles atteignent plus de 15 cm de longueur alors que les feuilles d’oseille restent assez petites de l’ordre de 5 cm à 10 cm maximum. De plus le gouet pousse à mi-ombre au pied des haies arborées alors que l’oseille pousse au soleil dans les prairies. Cependant les deux espèces se côtoient sur les talus et les limites de parcelles lorsque les haies ont été dégradées par des tailles excessives.

Au moment de la récolte, retournez la feuille et observez sa face inférieure :

  • la feuille de l’oseille a une face inférieure mate, similaire à la face supérieure
  • la feuille du gouet a une face inférieure recouverte d’une sorte de membrane translucide qui prend un aspect nacré à la lumière du jour.

Légumes sauvages à cuire

Vicia sepium
Vicia sepium
Arctium lappa
Arctium lappa
Symphitum officinalis
Symphitum officinalis
Pulmonaria officinalis
Pulmonaria officinalis
Plantain moyen
Plantago media
Plantago lanceolata
Parietaria officinalis
Parietaria officinalis
Mouron blanc
Stellaria media
Polygonum bistorta
Polygonum bistorta
Amaranthus blitus
Amaranthus blitus
Achillea millefolium
Achillea millefolium
Chenopodium album
Chenopodium album
Heracleum spondylium
Heracleum spondylium
Echium vulgare
Echium vulgare
Daucus carotta
Daucus carotta
Anthriscus sylvestris
Cerfeuil des prés
Rumex crispus
Rumex crispus
Petasite alba
Petasite alba
Rumex acetosa
Rumex acetosa
Lamium galeobdolon
Lamium galeobdolon
Urtica dioica
Urtica dioica
Lamium album
Lamium album
Lamium maculatum
Lamium maculatum
tamus communis
Tamus communis (responsou)
Joubarbe sempervivum
Joubarbe
Alchemilla vulgaris
Alchemilla vulgaris
Fragaria sylvestris
Fragaria sylvestris
Gallium aparine
Gallium aparine
Gallium mollugo
Gallium mollugo
Tussilago farfara
Tussilago farfara
Aegopodium podagraria
Aegopodium podagraria
Chenopodium bonus-henricus
Chenopodium bonus-henricus
Viola odorata
Viola odorata
Le Temple

La Nature est un temple où de vivants piliers

Laissent parfois sortir de confuses paroles;

L’homme y passe à travers des forêts de symboles

Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent

Dans une ténébreuse et profonde unité,

Vaste comme la nuit et comme la clarté,

Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,

Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,

Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l’expansion des choses infinies,

Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,

Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

Ch. Baudelaire,

Les Fleurs du mal

IVCorrespondances