Tous les articles par admin

Fleurs des Pyrénées – lac de Fagebelle 09

Fleurs des Pyrénées – Vallée de l’Aston 09

Fleurs alpines du Parc du Mercantour – 06

IMGP6696 (Large)

Un désert fleuri dans les éboulis alpins – Col de la Bonnette

Le col de la Bonnette est juché sur un amas de rocaille aride comme le désert. Il culmine à 2715 m d’altitude. Pas de terre visible, pas d’herbage, des fleurs alpines s’enracinent directement dans les éboulis. Le terme « plante de rocaille » prend tout son sens dans cet habitat extrême!

Linaria alpina
Linaria alpina

La plupart de ces plantes alpines sont naines et tapissantes . Leur floraison est spectaculaire proportionnellement à leur petite taille. La linaire des Alpes, la renoncule des glaciers et la campanule alpestre attirent particulièrement l’oeil.

Sausurea alpina subsp depressa
Sausurea alpina subsp depressa

 

 

D’autres se développent en coussins de feuilles laineuses dont la couleur grisâtre imite celle de la roche environnante. Je ne sais trop si elles sont poussiéreuses ou juste emmitouflées dans leur duvet…

Un orage approche, roulant des éclats de tonnerre et allumant des éclairs sur les crêtes voisines…la pluie semble la seule source d’arrosage de ces plantes privées de tout sol. Heureusement, à cette altitude, les averses sont quotidiennes en été.

Geum reptans
Geum reptans

Nous sommes fin juillet. La benoite traçante a déjà fructifié à cette date et agite sous le vent des crêtes ses aigrettes soyeuses, pareilles à des boules de coton. De longs stolons rougeâtres prospectent les éboulis autour du pied mère, en quête d’une anfractuosité où s’enraciner .

Doronicum grandiflorum
Doronicum grandiflorum

 

 

Les espèces sont en majorité des Astéracées comme le doronic à grandes fleurs. Il s’étend en colonies sur les versants longeant la route depuis le col de la Bonnette vers le camp des Fourches en contrebas.

Ligusticum ferrulaceum
Ligusticum ferrulaceum

C’est aussi une des plantes les plus hautes, avec la ligustique fausse férule, une superbe Apiacée, et le cirse épineux paré de son étrange collerette blafarde hérissée d’épines. Leurs grandes tiges fleuries résistent vaillamment au vent des crêtes qui balayent les roches escarpées et rendent difficile la prise de vue des photos!

 Ranunculus glacialis
Ranunculus glacialis

 

Hormis les nombreuses Astéracées à fleurs jaunes, les autres espèces ont des floraisons mauves ou violacées. Sous l’influence de l’altitude, les corolles blanches des renoncules des glaciers, et des marguerites des alpes se chargent en pigments ( les anthocyanes) et prennent une carnation rosée.

 

 

Je suis allée pêcher la clématite dans les buissons où les flammes argentées sautillent de branche en branche, toujours plus haut vers le ciel d’hiver. Un ami vannier m’en a demandé, c’est si rare dans son pays au sol acide que je voulais lui offrir ces lianes serpentines accrochées aussi solidement que des rêves d’amour à mon cœur solitaire.

Les ronces tout aussi vigoureuses, ont déployé leurs épines rouges et leurs petits harpons dans ma peau, dans mon cœur, ont fait tant d’accrocs au voile de mes illusions que, de ce filet improvisé, je me suis servie comme un pécheur d’étoiles. Je ne voulais pas rester sur terre ! Cramponnée à la corde frissonnante de feuilles, je me suis hissée au dessus des regrets , prête à abandonner mon corps dans l’abime, s’il ne voulait pas suivre mon âme…

L’air était froid, mon souffle chaud et mes doigts enlacés aux tiges tièdes du cornouiller…tous les trois animés par le souffle de la vie…devenue si proche de ce brin de clématite qui ne voulait pas lâcher son tendre arbuste, je n’avais plus vraiment envie de les séparer… D’un coup sec, j’ai rompu leur étreinte et je l’ai emportée dans ma chute au pied de son amant dépouillé. Ma clématite a répandu sa longue tresse défaite de fiancée évanouie sous les chuchotis du vent frileux dans les herbes froissées.

Le cercle étant plénitude, j’ai enroulé la chère liane jusqu’à faire un grand anneau, l’anneau brillant d’une alliance illuminée par le soleil couchant. C’est alors que j’ai vu son diamant suspendu sur le lac rose comme un phare au dessus de l’écume du soir… Sublime Vénus, qui me guide vers l’amour universel  .

Aryane

Cantal – le 20 décembre 2016